SOCIÉTÉ GENEVOISE POUR LA PROTECTION DES ANIMAUX

Fondée en 1868, la SPA Genève est une association d’utilité publique ne recevant aucun subside de l’État. Elle est composée d’un comité de bénévoles et de 13 employés collaborateurs. Aujourd’hui, plus de 9000 membres participent à soutenir son action par le biais des cotisations, des dons et des legs.

SPA Genève

Chus, une histoire comme on les aime

Hello les amis, je m’appelle Chus et je suis un bon pépère croisé berger allemand. Je vais vous raconter mon histoire.

Je me souviens encore du jour où l’on m’a emmené à la SPA de Bernex. C’était en juin 2013, il faisait beau et chaud. Un monsieur m’a amené au refuge, à ce qu’il paraît je ne le connaissais pas. Il a dit m’avoir trouvé dans la nature. J’avais un énorme caillou coincé dans la gueule, je portais un collier avec une petite lettre entourée de fil de fer où c’était écrit : « Je m’appelle Chus, s’il vous plaît, prenez soin de moi ». Les gardiens du refuge m’ont tout de suite pris en charge, ils se sont inquiétés car le caillou ne s’enlevait pas de ma bouche et il y avait du sang; de plus j’avais une grosse infection aux oreilles. J’ai eu alors droit à une visite vétérinaire VIP, heureusement rien de grave. Mes oreilles ont aussi eu droit à un traitement avec un beau bandage, j’avais l’air d’un clown; ah ces humains, ils ne sont pas possible ! J’ai ensuite été mis dans un box mais tout seul, non je n’aime pas mes congénères, ils m’énervent, je préfère rester seul et aboyer contre eux.

On a estimé mon âge à 14 ans à cause de l’état de mes dents, ahhh je les ai bien eus ! En fait je n’avais que 9 ans, ce sont les cailloux qui les ont trompés, j’ai encore de belles années devant moi.

Le temps passait… un jour une jeune promeneuse du refuge, Marina, est tombée amoureuse de moi, elle venait plusieurs fois par semaine me promener jusqu’au jour où elle a décidé de m’adopter. Mais Marina avait un chat, et les chats miam, je les adore. Alors je n’ai pas pu rester chez elle; j’ai bien vu qu’elle était triste mais elle a dû me ramener, heureusement j’ai continué à la voir très souvent pour de longues balades.

Quelques mois après, je me souviens c’était en juin 2014, quelqu’un m’a vu sur le site internet et a craqué, c’est normal avec ma petite bouille toute mignonne. Ma nouvelle maîtresse, Fanny, est venue me voir et on est repartis chez elle. C’était super : un nouveau foyer, un dodo à moi, des jouets et des câlins à volonté, le bonheur je ne pensais pas que ça allait m’arriver un jour, mais oui !!! Quelque temps plus tard, un petit bonhomme tout poilu est venu rejoindre le foyer, je crois que ça s’appelle un malinois, c’est comme moi en plus maigre et avec des oreilles qui ressemblent à une antenne tv. Ah j’avais pourtant dit que je n’aimais pas les autres chiens mais bon il était là. Au début mes maîtres ne m’ont pas laissé seul avec lui mais petit à petit on a fait connaissance jusqu’à vivre dans la même pièce; il s’appelle Jet et c’est devenu mon pote. On allait en balade, même sans laisse !

Malheureusement, suite à des aléas de la vie, ma maîtresse a dû déménager et rester seule avec moi. J’ai été triste de me séparer de Jet mais on se revoit plusieurs fois par semaine.

Un jour cet été je l’ai vue s’activer, remplir des valises, mettre ma gamelle et mes croquettes dans un sac et hop on est partis en voiture. On a fait des kilomètres et des kilomètres rien que tous les deux. On s’arrêtait souvent pour que je puisse dégourdir mes pattounes. A ce qu’il paraît, on a traversé plusieurs pays pour arriver en Norvège. On a fait du camping sauvage, j’ai vu des glaciers, c’était génial. Je me suis baigné, j’ai pu courir, je ne me suis jamais autant amusé, un pur bonheur. Je l’aime ma maîtresse, elle est géniale et je sens qu’elle m’aime.

Des fois je pense à l’époque où j’étais abandonné et y’a pas longtemps je me suis renseigné sur les anciens copains de la SPA. On m’a dit que certains avaient trouvé une famille mais il paraît que Rio, Shaïko. Lucky-Lu, Booly, Lucky, China, Yooba et Lassie sont toujours là-bas à attendre; j’espère qu’ils auront la même chance que moi.

Chus.

(Propos recueillis par Eléonore)