SOCIÉTÉ GENEVOISE POUR LA PROTECTION DES ANIMAUX

Fondée en 1868, la SPA Genève est une association d’utilité publique ne recevant aucun subside de l’État. Elle est composée d’un comité de bénévoles et de 13 employés collaborateurs. Aujourd’hui, plus de 9000 membres participent à soutenir son action par le biais des cotisations, des dons et des legs.

SPA Genève

DANGERS INTERNET

Les annonces pour adopter, vendre ou donner un animal sont très nombreuses sur Internet. Mais il faut faire très attention car beaucoup ne sont pas sans danger. En 2010, la SPA Genève a créé une petite commission ayant pour objectif de contrôler ces annonces et, le cas échéant, de contacter les autorités pour qu’elles agissent. Face à l’ampleur de la tâche, la commission a été dissoute et c’est aujourd’hui la PSA (Protection Suisse des Animaux) et 30 millions d’amis qui ont créé leurs propres projets afin que ces annonces soient contrôlées.

LES DANGERS LIÉS AU PLACEMENT D’UN ANIMAL SUR INTERNET

1. Vous ne savez pas à qui vous confiez votre animal

Il existe dans chaque canton des listes de personnes qui ne sont plus autorisées par les autorités à détenir un animal (suite généralement à des maltraitances), mais en tant que privé, vous ne pouvez avoir accès à ces listes.

 

2. Une fois votre animal placé, il est trop tard

Si vous vous rendez compte que votre animal, une fois placé, est maltraité, vous ne pouvez plus le récupérer. Les refuges ont des enquêteurs dont la tâche est d’aller rencontrer les adoptants par surprise, de s’assurer que les animaux sont placés correctement et peuvent les retirer le cas échéant.

 

3. Vos rongeurs peuvent servir de nourriture

De nombreux propriétaires de reptiles sont à l’affût des annonces vendant ou donnant des rongeurs afin de nourrir leurs animaux.

 

4. Votre animal n’est pas une photo

La personne qui adopte votre animal se base sur une photo et une description. C’est donc un coup de cœur mais qui peut disparaître quelques semaines plus tard si, par exemple, les caractères du nouveau maître et de l’animal ne s’accordent pas. Votre animal pourrait ainsi se retrouver dans un refuge peu de temps après son adoption.

 

5. Vous êtes responsable de votre animal

Lorsque vous placez un animal, c’est à vous de vérifier que l’adoptant est majeur, qu’il possède une attestation de suivi des cours théoriques ou un justificatif de dispense venant du SCAV et qu’il n’est pas interdit de détention d’un animal.

danger01
danger02

LES DANGERS LIÉS À L’ADOPTION D’UN ANIMAL SUR INTERNET

1. Un animal n’est pas une annonce
Les annonces présentant les animaux sont souvent très séduisantes, mais un animal n’est pas qu’un look dans un cadre inanimé. Il a, en effet, aussi un caractère qui peut être difficile et ça, l’annonce ne l’aura sûrement pas mentionné. Malheureusement, une fois l’animal chez vous, il est trop tard pour faire marche arrière.

 

2. Un animal n’est pas un jouet
La mode est depuis quelques années aux NAC (nouveaux animaux de compagnie). C’est pourquoi des réseaux de trafic d’animaux se sont créés et sont de plus en plus puissants dans certains pays. Mais tous les animaux ne sont pas des animaux de compagnie. De plus, l’adoption de certaines espèces exotiques est un acte formellement illégal puni par la loi. Si vous souhaitez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à vous renseigner auprès des autorités.

 

3. Un animal qui n’existe pas
Certaines annonces mensongères sont de véritables escroqueries. Souvent très bien ficelées, elles sont mises sur Internet par des personnes malhonnêtes souhaitant soutirer facilement de l’argent à des personnes confiantes. Seulement, l’animal n’existe pas.

 

4. Un animal qui ne vous appartient pas totalement
Lorsque vous adoptez un animal, faites un contrat avec l’ancien propriétaire. Vous serez ainsi protégé car il peut arriver qu’une personne vende ou donne son animal puis veuille le récupérer quelques mois plus tard en utilisant parfois le harcèlement ou les menaces comme moyens de pression. S’il s’agit d’un chien ou chat pucé, n’oubliez pas également de demander les documents de l’animal et de faire le changement de propriétaire auprès du service ANIS.

 

5. Un animal qui n’est pas en règle
Avant d’adopter un animal sur Internet, vérifiez que son pays de provenance n’est pas jugé comme « pays rage » par l’office fédéral. Si c’est le cas, demandez aux autorités la procédure à suivre. D’autres maladies sont également possibles, c’est pourquoi vous devez rapidement voir un vétérinaire et demander les analyses nécessaires afin d’être sûr que votre animal est en bonne santé.

 

Cliquez ici

QUELQUES SOLUTIONS POUR L’ADOPTION, LA VENTE OU LE DON D’UN ANIMAL

1. N’hésitez pas à demander à la SPA Genève de s’occuper du contrat d’adoption. Ce service gratuit vous épargnera bien des tracas. Et si la personne refuse, dites-vous qu’il y a certainement une raison.

2. Posez des questions, contrôlez la véracité des dires de la personne et dans le cas d’une vente ou d’un don d’un animal, déplacez-vous pour voir l’environnement qui sera le sien.